TX Sécu P19

Cette TX s'inscrit dans la continuité de celle de A18. Elle avait pour but d'évaluer les résultats de celle-ci et d'améliorer la sécurité de l'infrastructure par la mise en place de nouvelles procédures et solutions techniques.

Notre journal de bord, rempli tout au long de la TX, est disponible ici.

Au cours de cette TX, nous avons effectuées les actions suivantes :

  • Identification des points à étudier.
  • Préconisation de limiter les accès root sur les machines.
  • Correction de nombreuses permissions erronées au niveau des services.
  • Étude des possibilités de restriction du démon docker (voir plus bas).
  • Mise en place d'un démon d'audit permettant une traçabilité des actions réalisées sur les machines.
  • Centralisation des logs du démon d'audit.
  • Initiation à tmux des membres présents lors de la soutenance et création d'une page dédiée dans le wiki

L'audit a concerné toutes les VM de l'infrastructure à l'exception de celle de Stéphane Crozat. Nous avons aussi bien traité les menaces venant de l'extérieur que de l'intérieur. Pour ces dernières, le but était surtout d'éviter les accidents, notamment en production, plutôt que de considérer que les membres de Picasoft aient des intentions malveillantes.

L'audit individuel des services a été fait moins en profondeur, la CI servant à s'assurer de l'absence de vulnérabilité dans leur déploiement.

Il a cependant été décidé que les machines appartenant aux membres de Picasoft ne faisaient pas partie du périmètre de l'audit. Ainsi, leur gestion de leurs clefs SSH et du pass relèvent exclusivement de leur responsabilité.

Nous avons observé que tous les membres de l'association avaient les droits root sur l'infrastructure, notamment en production. Cela va à l'encontre du principe de moindre privilège et facilite les erreurs (sudo un peu trop léger, poweroff dans le mauvais terminal, etc.). La raison de cette distribution large des droits root était que n'importe quel utilisateur pouvant contrôler Docker a indirectement accès aux droits root puisqu'il peut notamment modifier librement le système de fichiers de l'hôte en temps que root en le montant dans un conteneur. Cependant, un tel comportement est suspicieux et n'arrive pas par accident.

Les droits root ont donc été remplacés en production par un ajout au groupe docker, qui est suffisant pour administrer les conteneurs. Certains membres comme le président et le responsable technique conservent toutefois les droits root pour les tâches d'administration. Les droits additionnels sont ensuite accordé aux membres en ayant besoin, qui endossent alors les responsabilités associées. Cette politique n'est pas arrêtée et peut évoluer en fonction des besoins de l'association et de ses membres ainsi que des problèmes éventuellement rencontrés après sa mise en place.

Permissions excessives

Les permissions de nombreux fichiers et répertoires sur tous les hôtes étaient incorrects pour différentes raisons. Nous avons notamment trouvé des mots de passe en clair lisible par tout le monde, des fichiers de configuration inscriptibles par tout le monde et des fichiers exécutables modifiables par les utilisateurs des services.

Nous les avons corrigées en les restreignant au maximum tout en laissant la majorité des fichiers de configuration lisibles aux membres de l'association pour des raisons pédagogiques.

Suppression de services

Nous avons supprimé plusieurs services abandonnés : une instance n'étant plus fonctionnelle de Giphy pour Mattermost, un serveur fantôme Minetest présent sur le serveur de production, et le site inutilisé Wordpress de Compiègne en transition.

Modifications de configuration

Nous avons modifié les configuration SSH de tous les hôtes afin d'interdire le forwarding X jusque là permis. Aucun des hôtes ne fait a priori tourner de serveur X, mais Xorg pourrait éventuellement être un jour installé, éventuellement en temps que dépendance pour un autre paquet. Xorg étant une vaste surface d'attaque, nous avons décidé de totalement interdire le forwarding X. Nous avons également modifié les droits des journaux générés par rsyslog à root:sudo, les administrateurs devant pouvoir y avoir accès appartenant au groupe sudo.

Motivation

Le contrôle de Docker, accordé par exemple aux utilisateurs du groupe docker, donne indirectement les droits root sur le système. Il permet notamment de monter le système de fichiers de l'hôte et de l'éditer en temps que root dans le conteneur.

On souhaite donc restreindre au maximum les capacités du démon Docker afin de réduire les menaces provenant des utilisateurs du groupe docker. La solution doit également être suffisamment simple pour être facile à maintenir.

Principe

Une approche naturelle pour cela est d'employer les capacités de systemd.exec(5), permettant notamment de réduire les droits d'un service sur certaines parties du système de fichiers.

On peut par exemple rajouter l'option ProtectHome = true à la section [Service] de /etc/systemd/system/docker.service.d/override.conf afin d'apporter des garanties de confidentialité sur /root, /home et /run/user.

Problème

Depuis la version 18.09 de Docker, containerd n'est plus géré par Docker mais par systemd. Pour des raisons expliquées dans cette issue, il n'est donc plus possible d'appliquer d'options systemd de montage à Docker, ce qui rend la solution proposée impossible à mettre en place.

Conclusion

Il est impossible de restreindre Docker proprement et efficacement avec systemd. Nous n'avons pas trouvé d'alternatives pertinentes qui ne soient pas trop lourdes et intrusives (comme SELinux). De plus, les recommandations officielles de sécurité concernant Docker indiquent clairement que ce cas est volontairement ignoré et que l'accès au groupe docker ne doit être octroyé qu'aux utilisateurs auxquels on confierait aussi root. Il n'y a donc vraisemblablement pas de solution officielle à notre besoin.

Nous avons mis en place auditd sur tous les hôtes de l'infrastructure, avec une centralisation sur monitoring. Tous les détails sont disponibles sur la page dédiée, et les informations relatives à la centralisation des logs peuvent êtres trouvées ici.

Nous avons proposé une initiation à tmux lors de notre soutenance et avons crée une page dédiée. Nous préconisons notamment son utilisation lors des mises à jour, afin qu'une terminaison imprévue de connexion ssh ne laisse pas le système dans un état instable.

Bilan de la TX

Bien que les objectifs de la TX aient évolué (nous n'avons ainsi pas effectué de tests d'intrusion) en raison des anomalies que nous avons rencontrées sur l'infrastructure, nous avons avons accompli ce qui nous a été demandé.

Les solutions techniques mises en place sont solides, maintenables et documentées et nous avons corrigé tous les problèmes que nous avons rencontré sur l'infrastructure.

Nous sommes également satisfaits des procédures mises en place. Elles sont à la fois juste et efficaces, bien qu'elles doivent encore être acceptées par l'ensemble de l'association.

Pour que notre installation du système de centralisation soit complète, il ne manque que les certificats nécessaire à l'authentification TLS, qui seront générés par un membre de l'association.

  • txs/secup19.txt
  • Dernière modification: 2019/06/18 20:20
  • par cbarrete